Introduction

Artiste pluriel est un blogue artistique avec pour but de rendre l’art accessible.

Nos articles sur les différents aspects de l’art passeront du classique au moderne en passant par l’étrange. Vous devriez en trouver votre compte.

Nous aimerions débuter avec une brève description de ce que nous considérons comme l’art.

En effet, les définitions de ce concept varier largement en fonction de l’âge et selon de l’emplacement, et ni l’un d’entre eux ne sont pas universellement acceptée. Ainsi, par Marcel Mauss «une œuvre d’art, par définition, est l’objet reconnu comme tel par un groupe» c’est pourquoi les productions artistiques des collections peuvent être classées et évaluées différemment selon la culture, les auteurs et les institutions.

En Europe, depuis la fin du XVIIIe siècle, le terme couvre principalement pour les produits connus sous le nom des "beaux-arts tels que la sculpture, la peinture, l’architecture, les graphiques, ainsi que de la musique, de la danse, de la poésie et de la littérature. On y ajoute depuis, parmi d’autres, le cinéma, théâtre, photographie, bande dessinée, télévision, jeux vidéo, ou numérique, de l’art ou de la mode. Classification des arts n’est pas universelle et de rechercher l’unanimité classification semble impossible, ou anachronique.

Cette conception comme une activité indépendante, comme la production d’objets par des artistes que nous sommes d’accord pour trouver après une belle préférence de goût, la date des XVIIIe et XIXe siècles. Mais comme on le croit souvent supposé que l’art moderne et contemporain ont abandonné la notion beauté ou de style belle et intemporel à ce qui semble être, d’une manière, très générale, les principes de la transgression ou de la rupture.

Au xxie siècle, nous assistons à la fois à la prolifération de la notion d’art (absorbant les civilisations anciennes, l’intégration des différents médias et de le forcer à lui parler de"l’art", le tout avec une production en exponentielle expansion à l’échelle mondiale) et en même temps d’aller au-delà de la civilisation de la totalité de l’écran, qui mélange tout. Ce phénomène invite, de repères et de ne pas appliquer la notion occidentale d’« art» à l’ensemble "l’art" de tout ce qui a une esthétique de l’opération sur tous les continents, ce qui peut sembler comme un néo-colonialismenote.